Le prendre soin,… essentiel et si méconnu

Le prendre soin,… essentiel et pourtant tellement méconnu

Ni notre système éducatif, ni les cursus d’études médicales et sociales, ni la formation continue de ces métiers n’enseignent vraiment le prendre soin. L’amalgame est souvent fait avec les soins médicaux ou para-médicaux et la définition du prendre soin n’est pas clarifiée dans ces professions. Chacun le met en œuvre comme il le peut, selon sa sensibilité et ses dispositions naturelles ou développées.

Qu’est-ce que vraiment le prendre soin ?
Comment prendre durablement soin des autres sans se léser, sans s’épuiser ?
Et le prendre soin de soi dans tout cela ? Quel est le lien profond entre les 2 ?

Le prendre soin, en court, c’est donner de l’Amour … à soi, aux autres
et la qualité du prendre soin se mesure à l’intensité d’Amour présente dans chaque geste.

Le prendre soin répond à un besoin vital d’Amour

Depuis le début de la période pré-natale jusqu’au Passage (3 jours environ après la mort), le plus grand besoin essentiel profond de l’humain est l’Amour inconditionnel.
Tout être humain a en effet besoin de se sentir accueilli, aimé, reconnu dans ce qu’il est et ce qu’il vit, d’être rassuré, entouré, encouragé, soutenu, consolé, … de sentir qu’il appartient à une famille humaine où, quelle que soit la situation qu’il ait à vivre et surtout dans ses moments de plus grande vulnérabilité et/ou détresse, il pourra compter sur l’amour et le soutien d’un de ses « frères » qui lui tendra la main.

Beaucoup de personnes ne comprennent pas vraiment ce qu’est l’Amour inconditionnel, l’Amour qui n’est soumis à aucune condition, l’Amour que nous pouvons témoigner à un être même si nous n’approuvons pas ses agissements.
L’exemple le plus parlant d’Amour inconditionnel est sans doute l’amour maternel d’une mère envers son nouveau-né ou bébé, lequel est tout amour, dans l’abandon et la confiance totale, n’ayant aucune autonomie.

Soigner, pratiquer des soins médicaux est bien sûr important.
Le prendre soin l’est encore bien davantage. Donner de l’amour inconditionnel est essentiel et même vital dans de nombreuses situations, encore plus dans les situations de détresse et/ou d’extrême vulnérabilité. Le prendre soin s’exerce comme base qualitative de tous soins médicaux ou relation d’aide, et encore et toujours quand les soins médicaux ne peuvent s’exercer ou ne suffisent pas. Dans les cas critiques par exemple, lorsqu’il est clair qu’un acte médical ne pourra pas sauver la personne, le prendre soin est vraiment l’urgence et la seule priorité pour pouvoir apporter soutien, apaisement et réconfort.
Quelques autres exemples où le prendre soin est crucial :

  • Les prématurés en souffrance, les orphelins après guerre ou séismes se laissent mourir s’ils n’ont aucun contact d’amour, en particulier par le toucher.
  • Chez les personnes en fin de vie ou expérimentant des douleurs très intenses, lorsque les thérapeutiques ou soins médicaux purs ne peuvent plus rien y faire, seul un prendre soin de qualité peut les soulager, les apaiser, les aider à traverser ce moment de vie…
  • Lors d’accidents ou de catastrophes naturelles, les premiers secours (improvisés ou d’organisations humanitaires) ont souvent peu ou pas de moyens, mais le réconfort et l’aide qu’ils apportent sont pourtant extrêmement précieux.
  • Tant que la conscience est dans le corps, c’est à dire jusqu’au Passage 3 jours (environ après l’arrêt du coeur), la personne décédée ressent pleinement les actes de soin et d’amour mais aussi de maltraitance dont elle est l’objet.

Qu’est donc le prendre soin, si essentiel et tellement méconnu ?

Courte définition du prendre soin : dans un respect profond de la Vie et du vivant, être pleinement avec l’autre, lui offrir sa Présence d’Amour inconditionnel… par exemple pour l’accompagner et/ou l’aider à vivre quelque chose, à traverser un processus.

La langue anglaise désigne le prendre soin d’un mot bien spécifique : care ou take care.
Le prendre soin ne relève pas du savoir faire mais plutôt du savoir-être, de qualités de coeur innées ou qui peuvent se développer au fur et à mesure de l’ouverture du coeur et devenir une seconde nature. L’ouverture du coeur se fait lorsque nous établissons un vrai lien de coeur avec nous-même puis avec chaque personne que nous souhaitons aider.
C’est un accompagnement de l’être dans sa globalité et toutes ses dimensions (physique, émotionnelle, mentale et profonde ou spirituelle).
Le prendre soin peut s’exprimer de bien des façons mais chaque acte part nécessairement d’une compréhension du coeur : être attentif à l’autre, comprendre d’instant en instant ce qu’il vit et son besoin, et poser l’acte le plus approprié : un silence, une parole, un regard, un sourire, un toucher, une caresse, un verre d’eau, un soutien, le laisser seul, lui offrir un espace d’accueil pour qu’il puisse s’exprimer

Le Prendre soin et quelques unes de ses déclinaisons :

  • Offrir sa Présence d’Amour inconditionnel, d’empathie, de compassion… à l’autre. Présence énergétique d’Amour et de Paix qui apporte soutien et réconfort. Là, bien souvent, silence et communication non verbale suffisent.
  • Offrir un espace de totale disponibilité à l’autre, un espace d’accueil, un espace d’écoute totalement ouverte et bienveillante, écoute où il peut se dire, déposer son fardeau, exprimer ses préoccupations et questionnements et cheminer intérieurement : prises de conscience, acceptation, donner du sens, apaisement, réconciliation…
  • Aider l’autre à vivre ce qu’il a à vivre, l’aider à entrer dans sa difficulté, sa souffrance, pour faire son chemin et en sortir.
  • Agir avec douceur, tendresse, délicatesse…
  • Rassurer, apaiser, tenir la main, caresser le front, poser un baiser, prendre dans ses bras (importance du toucher, sens du Coeur-Esprit),
  • Réconforter, soutenir, consoler, cajoler, bercer, veiller…
  • Dire quelques paroles, raconter, jouer de la musique, chanter…
  • Prier : l’énergie de la prière est très puissante et aidante.
  • Laver, donner un bain, donner à manger, masser, soigner, faire un soin énergétique…
  • Encourager l’autre, lui donner confiance dans ses ressources pour faire face à la situation, lui enseigner quelque chose pouvant l’aider à avancer…

Préparation au prendre soin ?

J’ai œuvré dans différents milieux de bénévolat humanitaire, je côtoie ou rencontre depuis quelques années des étudiants et professionnels du monde médical et social qui soignent et prennent soin des autres. J’ai recueilli beaucoup de témoignages unanimes : ni dans les cursus de formation initiale ni dans des actions de formation continue, ces professionnels ne reçoivent une préparation personnelle pour pouvoir exercer correctement et durablement leur métier de relation d’aide et de prendre soin, sans se léser, sans s’épuiser.
Par contre, il semble que dans les milieux de bénévolat humanitaire (ou au moins certains d’entre eux), les personnes sont dûment sélectionnées et beaucoup mieux préparées.
C’est le cas par exemple des accompagnants bénévoles en soins palliatifs : recrutement sélectif avec jury et psychologue, formation initiale et continue, groupes de parole mensuels avec un psychologue…
J’avoue que je ne comprends pas… à double titre :

  • par rapport au métier que j’exerce aujourd’hui, où je prends soin et j’accompagne des personnes en épuisement physique et psychique (burn-out des soignants), abîmées par l’exercice de leur métier au bout de 15, 20,  25 ou 30 ans, et dégoûtées de leur activité professionnelle en raison des conditions d’exercice… ce qui les oblige souvent à une reconversion.
  • et dans ma sensibilité d’ex-Responsable Ressources Humaines. Pourquoi ne prenons-nous pas mieux soin de la plus grande valeur que nous ayons sur cette planète : la valeur humaine ?

Prendre soin de soi, condition sine qua non à une juste relation d’aide

Comment pouvons-nous imaginer donner durablement de l’amour, une attention constante à l’autre, prendre soin et agir dans une juste relation d’aide si nous ne nous donnons pas au moins autant à nous-même ?

Ici une double prise de conscience est fondamentale :

  • Nous ne pouvons durablement donner aux autres ce que nous ne nous accordons pas à nous-même.
  • De même, inutile d’espérer recevoir des autres ce que nous ne nous accordons pas à nous-même.

Apprendre à prendre vraiment soin de soi, être à l’écoute de nos besoins essentiels et les respecter, apprendre à sortir du mode « mental conditionné (source de tous nos maux), à développer notre dimension du coeur, à accueillir et gérer nos émotions, à clarifier nos peurs et représentations de la vie, de la maladie, du handicap, de la souffrance, de la dégradation humaine, de la mort…. est indispensable pour exercer correctement et durablement les métiers médicaux, humanitaires, sociaux et d’accompagnement profond de l’humain. Ainsi que pour exercer des activités bénévoles dans ces domaines et celles d’aidant familial.

Le point de départ et la clé de toute vie satisfaisante et de toutes réalisations est la qualité de la relation à soi, la qualité du prendre soin de soi, l’intensité d’amour inconditionnel que nous nous donnons.
Et si vous vous donniez enfin tout l’Amour que vous aspirez à recevoir ?
Toute la bienveillance, l’attention,  le respect, l’indulgence, la patience, la douceur, la tendresse, la tolérance… ?

Meilleurs souhaits sur le chemin de votre Coeur  !

Écrit par Corinne TUAL pour Flamme de Vie © Mai 2015
Flamme de Vie, vers le meilleur de soi… et tous les possibles

Accompagnement Flamme de Vie en relation avec cet article :
Ensemble des prestations d’accompagnement global
Soins énergétiques pour burn-out, épuisement profond, crises de vie

Hommage et gratitude à Mère Térésa et Amma
incarnations si inspirantes et parfaites du prendre soin,
de l’amour christique et de la compassion en action.

Cet article a été publié dans Accompagner le changement et taggé , , , , , , , , , , , , , . Sauvegardez ce lien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.