Prendre soin de nos relations

Prendre soin de nos relations, les améliorer, les réparer

Qui de nous n’aimerait pas améliorer durablement sa relation avec quelqu’un ?
avec lui-même ?
couple ? famille ? amis ? relations de travail ? autres ?
Ou réparer une relation qui a été endommagée pour des raisons et comportements qui appartiennent au passé ? Ou se libérer par le pardon d’une grande souffrance qui continuer à peser sur notre vie présente ?
Ou être totalement en paix dans sa relation à un défunt, qui est parti sans que nous ayons pu lui dire ce que nous avions à lui dire ?

Et bien, tout cela est possible mais à certaines conditions.

Tout d’abord bien évidemment, le prendre soin s’applique avant tout à la relation à soi car c’est le point de départ incontournable des relations harmonieuses, du vrai développement des potentiels et de tous les possibles.
Vous découvrir enfin de l’intérieur, avec les « yeux du cœur », vous reconnecter à votre être profond, baigner dans l’amour-énergie de votre corporalité au rythme de votre respiration consciente, vous mettre à l’écoute des messages de votre corps, observer vos pensées et vos comportements. Et mettre dans cette relation à vous-même tout l’amour, la bienveillance, la douceur, l’indulgence et la tolérance dont vous êtes capable.
Car tout ce qui se passe au niveau de la relation à vous-même conditionne directement vos relations extérieures.
En court, tout ce que vous ne vous accordez pas à vous-même, les autres ne vous l’accorderont pas non plus.
Et vous ne pouvez pas donner aux autres ce que vous ne vous donnez pas à vous-même.

Avant d’aller plus loin, il me parait essentiel de clarifier les 2 types majeurs de relations humaines :

  • Amour ordinaire ou conditionnel : j’aime la personne si elle répond à mes attentes et désirs (jugement). Il s’agit là d’une relation de type rapport de pouvoirs & peurs (attachement-dépendance ou possession-asservissement)  et non d’amour véritable.
  • Amour inconditionnel. J’aime l’autre pour ce qu’il est, indépendamment de ce qu’il fait (considération et non-jugement). Je laisse l’autre libre d’agir et d’aimer. Je peux désapprouver son comportement, ses erreurs, ses errances, sans cesser de l’aimer.

Cette définition peut s’appliquer aux relations proches mais aussi moins proches ; dans ce cas, amour peut être compris comme respect, considération.
Tout être humain a un besoin essentiel de double considération minimale : pour ce qu’il est d’une part, et d’autre part pour sa contribution à la communauté (le fruit de son travail, de son activité).

Tant que nous sommes sous l’emprise du mental conditionné, nos actes sont purement réactionnels (et non libres et conscients). Ils sont fondés sur une perception-compréhension étriquée et erronée des situations en raison de nos conditionnements, croyances limitatives et peurs. Pourtant, celui qui agit considère toujours que sa compréhension est juste et donc que son acte est juste (ou justifié).

Notre modèle sociétal, fondé sur le fonctionnement du mental conditionné, incite clairement les personnes à se conformer, toujours et encore plus, jusqu’à se déconnecter de leur soi, se renier, devenir étranger à eux-mêmes et pour certains se détruire. Ceci est évidemment lourd de conséquences, les moindres étant des relations sans authenticité et conflictuelles.
Une personne libre d’exprimer pleinement ce qu’elle est vraiment (son être authentique) et en phase avec ses aspirations profondes n’engendrera pas d’accidents de santé (ou suicide) contre elle ni de conflits, souffrances ou perversions vis-à-vis des autres.

Prendre soin de nos relations, les améliorer, les réparer

Si vous faites partie de la catégorie de ceux qui préfèrent avoir raison qu’être heureux et restent donc dans des rapports de pouvoirs & peurs à attendre des autres qu’ils changent, vous ne serez vraisemblablement pas prêt à comprendre et envisager ce que j’expose dans la suite de mon article, car le mental conditionné est incapable de le comprendre. Dans ce cas, je vous conseille de commencer par étudier les écrits de Jacques Salomé pour comprendre comment passer du système relationnel SAPPE au système relationnel ESPERE.

Pour tous, investir un peu de temps pour apprendre les bases de la communication bienveillante, non violente ou consciente et les règles de responsabilité/responsabilisation dans les relations me paraît être une étape incontournable pour parvenir à des relations harmonieuses où il est possible à la fois de s’exprimer pleinement et de communiquer de façon authentique, saine et constructive.

Si vous faites partie de ceux qui ont une vraie motivation du cœur (sincérité, amour inconditionnel) à vouloir améliorer ou réparer une ou plusieurs relations, de nombreuses solutions appropriées existent pour cela.
Dans l’amour inconditionnel, nous aimons et agissons mais laissons l’autre libre de ses choix d’aimer et d’agir. Nous sommes aussi capables de nous positionner au-delà du conflit et nous savons parfaitement que la seule possibilité d’agir sur une relation est d’agir sur nous-même et sur la part de responsabilité (consciente, inconsciente et karmique) que nous avons dans la relation et la situation.

Comme l’a dit le sage Lao Tseu :
« Si tu veux changer le monde, change-toi toi même ».

Et Carl Rogers (psychologue humaniste) :
« Je ne peux rien faire pour changer les autres.

Mais, chose étrange, quand je change moi-même,
ils changent à leur tour ».

Diverses techniques de Création consciente et de « Responsabilité totale-Guérison » peuvent être utilisées pour améliorer et réparer nos relations : elles sont précises et puissantes. Elles mettent en œuvre des lois universelles, principalement celles de l’attraction-résonance, de l’amour et de la gratitude.

Les quelques conditions requises demeurent en nous. Utiliser ce genre de technique suppose une certaine ouverture de cœur qui va de pair avec un certain niveau de conscience, de s’ouvrir à une compréhension plus globale de la situation, de savoir jusqu’où vont nos responsabilités dans une relation et d’être prêt à endosser plus de responsabilité dont nous avons conscience. Alors, avec un minimum de préparation, nous pouvons utiliser différentes techniques de création consciente et Ho’oponopono (pouvoir de l’intention, visualisation créatrice, pouvoir de l’écriture et des pensées-énergie, pratiques de co-responsabilité totale…) pour mettre en œuvre nos intentions d’amour, de gratitude et de pardon.

Puis, sans rien avoir dit à l’autre, vous pourrez observer, peu à peu ou quelquefois de façon radicale et magique, les effets induits par votre pratique sur le comportement de l’autre et sur votre relation (améliorations durables garanties).

Le pardon, la plus grande libération intérieure

Le pardon est sans aucun doute le plus grand et le plus beau cadeau que nous pouvons nous faire à nous-même.
Pour le définir en peu de mots, disons que c’est se libérer émotionnellement et énergétiquement d’une situation et d’une ou plusieurs personnes.

Chaque fois que quelque chose demeure non résolu dans une relation (après un gros conflit, une fâcherie, un acte violent…), un lien énergétique de « non résolu » subsiste entre les personnes même au-delà de la mort, jusqu’à ce que la situation soit pacifiée, libérée. Donc, garder du ressentiment, de la colère, de la haine… envers une ou plusieurs personnes c’est s’obliger à vivre avec le poids de « valises énergétiques & émotionnelles » de plus en plus pesantes.
Car si une personne ou une situation nous a fait beaucoup souffrir, nous conservons, réactualisons et réactivons sans cesse cette souffrance en nous tant que nous n’avons pas libéré en nous-même ce lien émotionnel et énergétique.

Pour tout ce qui demeure irrésolu dans notre relation à nous-même, c’est identique. Il est dit que le plus difficile est de se pardonner à soi-même et que les personnes qui ne parviennent pas à pardonner aux autres, c’est parce-qu’elles ne s’accordent pas elles-mêmes le pardon.

Le pardon au niveau du mental est vraiment peu de chose, insuffisant. Seul le pardon fait au niveau du cœur sera définitif et réellement libérateur.

Comment procéder ?

Il est difficile de décrire précisément ici comment procéder. Je donne juste quelques clés de compréhension.
Le pardon ne signifie pas oublier et effacer le passé. Il produit libération et allégement. Il n’est pas nécessaire d’informer celui qui vous a fait souffrir ou d’être en sa présence.
Après une démarche de compréhension élargie de la situation et d’expression émotionnelle autant que nécessaire, vous faites le choix conscient de lâcher prise sur votre colère et la souffrance qui est liée pour pouvoir tourner la page et avancer vers un avenir libéré du poids douloureux de ce passé. Vous exprimez le souhait sincère et profond de libérer la situation et vous choisissez ainsi la paix profonde, la légèreté et la joie.
Au moment où s’opère la libération intérieure, vous pouvez sentir un verrou d’oppression qui saute au niveau de l’espace énergétique du cœur (entre 2 seins) et comme une chape de plomb qui vous quitte.
Évidemment, l’autre personne bénéficiera aussi de votre démarche de pacification-libération (sauf s’il tient de son côté à rester dans le ressentiment, la haine).

Avec un défunt, ça peut être identique ou encore plus simple, car tout le travail de purification, pacification, libération qui n’est pas fait avant la mort se fait après.
Le mieux est de lui écrire une lettre aussi longue que nécessaire, de la modifier si besoin encore et encore jusqu’à exprimer tous les non-dits entre vous et vos ressentis par rapport à votre relation avec lui. Vous pouvez aussi vous relier à lui avec le cœur et lui parler directement. Dans les 2 cas, vous ressentirez en votre cœur sa réponse : probablement paix profonde et amour.

Au besoin, faites vous accompagner en séances personnalisées, afin d’améliorer ou réparer vos relations, de vous libérer par le pardon, avec différentes techniques d’amour inconditionnel (techniques de création consciente, Ho’oponopono,…) et/ou inscrivez-vous à une formation de Communication non-violente pour évoluer vers une communication saine et constructive induisant des relations de plus en plus harmonieuses.

Prenez bien soin de vous-même et de vos relations. Meilleurs souhaits à chacun !

Écrit par Corinne TUAL pour Flamme de Vie © avril 2014 maj nov 2018
Flamme de Vie, catalyseur du changement positif pour l’humain

 

 

Cet article a été publié dans Accompagner le changement et taggé , , , . Sauvegardez ce lien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *